Blog français

  • Artist: Indonesian Artist Mimi N
    Artist: Indonesian Artist Mimi N

    Et si on enseignait aux enfants à considérer la cyberintimidation comme ceci? Et si on les aidait à voir que les mots, les photos, les actions et les choses qu'ils font en ligne blessent autant (sinon plus) que s'ils le faisaient physiquement? Et si on aidait les adultes à voir que leurs paroles et leurs actions en ligne affectent comment nos enfants se comportent en ligne? Et si on pouvait réellement voir l'impact de notre communication en ligne? Et si on pensait avant de publier, retweeter, aimer ou partager?
    Selon la Fondation i-Safe, "plus de la moitié des adolescents et des adolescents ont été victimes d'intimidation en ligne, et environ le même nombre se sont livrés à la cyberintimidation. Plus d'un jeune sur 3 a été victime de cyber-menaces en ligne. Plus de 25 pour cent des adolescents et jeunes ont été intimidé à plusieurs reprises par le biais de leurs téléphones portables ou d'Internet. " Mais ce qui me brise le plus le cœur ... "Bien plus de la moitié des jeunes ne disent pas à leurs parents quand la cyberintimidation se produit."
    J'ai vécu la terreur d'une cyberintimidation horrible et haineuse. Alors que les gens vomissaient des mots putrides derrière leurs claviers, je pleurais seule dans ma chambre. J'ai lu ces mots encore et encore, stupéfaite que quelq'un puisse dire des mensonges aussi horribles. Alors qu'ils détruisaient mon travail, mon art, mon corps, mes amitiés et ma foi, je me détruisais moi-même intérieurement jusqu'à ce que les gales en saignent et que les blessures me fassent profondément mal. Leurs mots coupaient plus profondément que n'importe quel couteau. Je voulais crier, pleurer, courir, me cacher. Je voulais détruire tous mes médias sociaux et technologies ... Je voulais supprimer tout ce que j'avais publié ou créé. Je voulais arrêter.

    J'étais une adulte quand cela s'est produit ... et pourtant c'était tout de même extrêmement douloureux. Imaginez si vous étiez un(e) adolescent(e). En tant qu'adulte, je pouvais prendre du recul et penser rationnellement ... Je pouvais consulter mes ami(e)s et ma famille sans crainte de jugement ... Je pouvais supprimer ou signaler leurs messages. Mais si j'avais 13 ans... Me sentirais-je en sécurité dans ma peau?

    En tant que conseillère en réponse aux crises pour la ligne de texte de Jeunesse, J'écoute, j'ai constaté que dans presque toutes les conversations où l'on parle d'intimidation ou de cyberintimidation, la personne a eu des idées suicidaires ou s'est livrée à l'automutilation. "Les enfants et les jeunes de moins de 25 ans qui sont victimes de cyberintimidation sont deux fois plus susceptibles de s'automutiler et d'adopter un comportement suicidaire" (Journal of Medical Internet Research).

    Selon Common Sense Media, les adolescents consacrent en moyenne 9 heures par jour à la technologie. 9 heures! C'est plus que le montant qu'ils dorment! Et les enfants entre 0 et 8 ans passent 6 heures et 50 minutes à utiliser la technologie. Et si nous passions seulement 1% de ce temps à leur parler de la sécurité en ligne, de la façon de traiter les autres en ligne et de la citoyenneté numérique appropriée? Imaginez ça ... 9 minutes ... Cela pourrait faire la différence. Malheureusement, la plupart des parents et des éducateurs n'en parlent jamais, encore moins pendant 9 minutes.

    Pourquoi enseignons-nous le patriotisme et la citoyenneté, mais nous ne discutons pas de la citoyenneté numérique? Et si on repensait à la façon dont on parlait aux enfants de la technologie? Et si on pensait avant de laisser les enfants libre cours aux appareils technologiques? Et si les parents, les éducateurs et la communauté se mobilisaient? Qu'arriverait-il? 

    P.S. Si vous ou quelqu'un que vous connaissez souffrez de pensées suicidaires ... sachez que vous n'êtes pas seul. Quelqu'un est là pour écouter.

    Au Canada: envoyez CONNECT au 686868

    Aux États-Unis: envoyez un SMS HOME au 741741

    Au Royaume-Uni: envoyez SHOUT au 85258

    Ou je suis toujours prête à écouter.

    Leave a Comment